2015-07-05, la croix, by Emanuelle Giuliani

Ruggiero trouve en Philippe Jaroussky un musicien d’une parfaite finesse – son air « Verdi prati » caresse tel un avant-goût du paradis – mais un comédien plus emprunté. D’autant que la mise en scène de Katie Mitchell lui assigne un rôle passif, loin de l’idée que l’on se fait d’un paladin des romans de l’Arioste dont l’opéra, créé par Haendel en 1735 à Londres, est directement inspiré.

Source/Read more: [x]

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.